Alexis de Tocqueville (1805-1859)

Portrait

Alexis de Tocqueville
Alexis de Tocqueville

D’origine aristocratique, Charles Alexis Clérel de Tocqueville naît à Paris le 29 juillet 1805. Son père, issu de la noblesse normande, maire puis préfet et pair de France, et sa mère, petite fille de Malesherbes, lui transmettront à la fois le goût de l’engagement public et le rejet des excès de la Révolution. Après une formation de juriste, il est nommé juge auditeur au tribunal de Versailles. En 1831, il part aux Etats-Unis avec Gustave de Beaumont pour une mission d’étude sur les institutions pénales américaines. Sur place, il s’intéresse au système politique et plus encore à la démocratie dans un pays sans traditions aristocratiques, où la République n’est pas perturbatrice mais conservatrice de tous les droits. Ces analyses donneront naissance à son célèbre ouvrage "De la démocratie en Amérique". L’exemple de la France et des Etats-Unis nourriront ses réflexions sur les développements heureux ou dangereux de la démocratie.


Alexis de Tocqueville est aussi engagé dans la vie politique : député de la Manche, représentant de la gauche libérale, conseiller général puis ministre des Affaires étrangères, il participe au comité de rédaction de la Constitution, prend position en faveur de la réforme des prisons et de l’abolition de l’esclavage. Après le coup d’Etat de décembre 1851, il renonce à toute activité publique.
En 1856, il publie "L’Ancien Régime et la Révolution" et meurt à Cannes le 16 avril 1859.

 

Philosophe, homme politique, historien, précurseur de la sociologie et écrivain français, il est l'un des principaux penseurs modernes, dans la continuité de Montesquieu. Mieux et plus tôt que quiconque, il a entrevu la naissance des démocraties modernes et les dangers qui les menacent. Son œuvre demeure vivante et mérite d'être lue et savourée par tous les amateurs de belle prose et de grandes idées.

 

 

 

Le château de Tocqueville

Château de Tocqueville @ Marc Lerouge
Château de Tocqueville @ Marc Lerouge

 

Si Tocqueville a fréquemment changé d'adresses parisiennes durant sa carrière et s'il a souvent multiplié les différents lieux de villégiatures profitant fréquemment du château de Fosseuse des Kergorlay ou encore de celui de Baugy qu'occupe son frère Édouard, il n'est pourtant qu'un seul et unique lieu où il se sent véritablement at home comme il l'écrit lui-même, et c'est l'ancestral château de Tocqueville. Lorsqu'il le découvre pour la première fois, en 1833, il est immédiatement charmé par l'impression de sérénité et de tranquillité profonde que lui procure le lieu. Ce charme est à ses yeux encore augmenté par le souvenir de ses ancêtres qui hantent encore l'endroit et que Tocqueville se plaît à imaginer remontant jusqu'à Guillaume-le-Conquérant. 

 

« J'ai soif de Tocqueville ; de notre solitude, de notre intimité, de notre tête-à-tête, de tout enfin ce qui fait le fondement réel de mon bonheur dans ce monde. » (Lettre à Marie Mottley, 3 juillet 1842).

 

Aussi, lorsque le château de Tocqueville lui échoit finalement dans le partage des biens familiaux, Alexis de Tocqueville est-il bien décidé à s'y établir durablement en compagnie de son épouse qui devient à partir de 1836 la véritable intendante des lieux. Car, s'il est vrai que l'installation de Tocqueville dans le château et le village du même nom représente, durant toute sa carrière politique, un argument électoral de poids pour le député de Valognes qu'il est, il se figure d'abord l'enceinte du château comme le lieu de son intimité avec Marie, comme le havre de son bonheur conjugal.